fbpx

Les huit fêtes sacrées de la roue de l’année

par | Jan 7, 2022 | Non classé | 0 commentaires

Tu as peut-être déjà entendu parler de la roue de l’année ? C’est le cycle des célébrations païennes annuelles. Cette roue de l’année est une belle illustration de la nature cyclique de la terre, de la vie, de la mort et des saisons.

La roue de l’année est issue d’anciennes traditions celtes et païennes. Cette roue se divise en huit périodes égales qui représentent 8 fêtes sacrées. Ces traditions sont fondées sur les mouvements des astres et des saisons, suivant les équinoxes et les solstices.

8 fêtes celtes

Cette roue comprend 8 fêtes donc 8 sabbats : des sabbats majeurs et des sabbats mineurs

Elle comporte : 4 fêtes solaires majeures (suit la position du soleil).

  • L’équinoxe de printemps
  • Le solstice d’été
  • L’équinoxe d’automne
  • Le solstice d’hiver

Les 4 autres fêtes intermédiaires dites mineures, au centre des fêtes solaires, sont appelés les festivals du feu.

  • Imbolc
  • Beltane
  • Lammas 
  • Samhain

Cette roue de l’année est divisée en deux :

Les équinoxes :

  • La période claire ou de lumière : les six mois séparant l’équinoxe du printemps et de l’automne (le soleil gagne sur la noirceur).
  • La période de noirceur : entre équinoxe d’automne et de printemps (l’obscurité prime sur la lumière).

Les solstices :

  • D’été : apogée de la lumière : jour où elle entame son déclin vers la noirceur.
  • et hiver : apogée de la noirceur : la lumière commence à faire son retour.
les 8 fêtes païennes de la roue de l'année

Quels sont ces 8 sabbats de la roue de l’année ?

• Imbolc : 1er février – fête de la déesse Brigit,nous invite à terminer nos travaux d’hiver. Le moment est venu de faire un grand ménage de printemps (physique, émotionnel) pour faire la place au renouveau et planter les graines de ses nouveaux projets qui verront le jour un peu plus tard.

Ostara : 21 mars – Equinoxe de printemps, un équilibre parfait entre l’ombre et la lumière qui ouvre la voie des possibles. C’est le moment où la terre reprend vie, tout est en fleur et les oiseaux chantent..Le printemps, correspond à l’adolescence, cette période où tout est possible, nous sommes prêts pour atteindre nos objectifs. L’énergie d’Ostara, la déesse du printemps et de la fertilité est symbole de renaissance et des possibilités.

Beltane : 1er mai – Fête du feu et de la lumière. Le soleil nous réchauffe le coeur. On laisse la place pour être, vivre et respirer. Beltane c’est le début de la saison claire et la fin de la saison sombre. C’est aussi la fête de l’union des corps, de l’amour. Les célébrations sont empreintes d’énergie et d’espoir quant aux récoltes à venir. C’est donc le moment où je nourris mes songes et désirs pour laisser grandir mes rêves pour qu’ils s’incarnent dans la matière.

Litha : 21 juin – c’est la journée la plus longue de l’année, le solstice d’été. La lumière triomphe sur la noirceur. C’est une invitation à nous aimer pleinement, à célébrer notre existence telle qu’elle est.À fêter les projets que nous avons semé au printemps. Litha, c’est le moment où nous donnons tout pour voir éclorent nos envies et projets. Nous célébrons nos prises de risque et saluons notre persévérance qui a finit par payer et dont nous allons récolter les fruits.

Lammas : 1er aout – Ce moment médian entre le solstice d’été et l’équinoxe d’automne. On y célèbre l’abondance, les premières récoltes et la moisson des graines que nous avons semé et planté depuis le début de l’année. C’est l’occasion de partager de grands festins, nous honorons la terre. Nous remercions le dieu soleil pour toutes les récoltes et honorons son déclin. C’est l’occasion  de nous questionner pour la suite. Une invitation à faire le bilan, de plonger dans nos profondeurs pour décider de ce que l’on souhaite garder et de nourrir. 

Mabon : 22 septembre – Equinoxe d’automne. Comme à Ostara, le jour et la nuit ont de nouveau une durée égale. Un doux équilibre qui annonce l’entrée dans l’obscurité.  On fête souvent la 2e récolte marquant la fin de l’été. On commence à célébrer vers l’intérieur pour nous ramener en nous-même. L’atmosphère est plus apaisante pour nous inviter à ralentir et commencer notre rétrospective sur l’année écoulée et en tirer des leçons.

Samhain : 31 octobre au 1 novembre – Moment propice pour rendre hommage aux ancêtres. Le voile entre monde visible est invisible est le plus fin. Nuit où l’on disait adieu à l’ancienne année, qui se terminait ce jour là. C’est un moment de deuil et de tristesse pour la déesse. Tout autour se fane et se meurt pour un nouveau cycle prochain.

Samhain est le moment de ralentir pour rejoindre son temple intérieur pour hiberner et faire le bilan des habitudes dont nous souhaitons nous détacher.

Yule : 21 decembre – Solstice d’hiver, c’est la nuit la plus longue, celle où nous sommes plongés dans l’obscurité. On fête l’espoir du retour de la lumière en brûlant une buche de chêne qui éclairera les foyers jusqu’au matin.

Yule se fête durant 12 jours jusqu’au 1er janvier afin de vénérer le soleil qui renaît et fêter les plaisirs simples de la vie en douceur.

blog aurelie berard

Pourquoi se reconnecter à la roue de l'année

Suivre la roue de l’année est un bon moment pour céléber la vie dans toutes ses dimensions. Cela permettrait de ralentir, de s’écouter, et de suivre les rythmes des saisons pour mieux se reconnecter aux éléments.

À la fin du mois de janvier, je vous parlerai en détail d’Imboc qui se fête le 1er février : au momnet de la chandeleur.

photo Aurelie Berard

Voilà ce que j’avais envie de te partager sur ce sujet.

Tu connaissais cette roue de l’année ? Partage tes célébrations favorites !

On en discute ?
Réserve ton rdv pour réaliser ton bilan énergétique et voir ce qui te bloque actuellement.

Retrouve mes autres articles ici 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *